fbpx

Qui n’a jamais ressenti cette chape de plomb après le déjeuner ? Ce besoin de dormir contre lequel il est difficile de lutter ? Quelles en sont les raisons ? Est-ce uniquement une question de choix des aliments ? Petit tour d’horizon de cette envie de siesta et des solutions pour y remédier.

 

1. La Fatigue Post-prandiale Due aux Hormones

 

Les hormones règnent maîtresses de nombreuses fonctions physiologiques. En somme, rien ou presque ne se fait sans leur intervention. Côté somnolence, on en retiendra deux qui ont leur mot à dire.

La mélatonine

Au registre des cycles circadiens, nous vous présentons la mélatonine, communément appelée l’hormone du sommeil. La production de mélatonine commence vers 21h et atteint son pic vers 2-3h. Pas vraiment après le déjeuner, direz-vous.  Certes, mais il se trouve que le taux de mélatonine dans le sang est relativement élevé entre 13h et 15h. Ce fait est moins souvent évoqué car on associe cette hormone au sommeil de la nuit.

Le corps est programmé pour la produire mais certains facteurs externes agissent également : insomnies, horaires décalés, exposition à la lumière.

Ainsi, même un pic minime de mélatonine après le repas de midi peut provoquer un état de somnolence.

 

L’insuline

Le pancréas produit l’insuline dans le but de réguler le taux de sucre dans le sang. Cette production est donc importante au moment de la digestion, particulièrement si vous avez consommé des aliments riches en graisses et sucres. Une sécrétion élevée d’insuline (hyperglycémie) est suivie 1h30 plus tard d’une hypoglycémie réactionnelle et de la somnolence qui l’accompagne.

 

La sérotonine

Hormone du bien-être, certes mais qui provoque une perte d’élan d’énergie. La production de ce neurotransmetteur est importante dans le cas d’un ratio glucides/protéines inadéquat : glucides élevés, protéines insuffisantes.

 

Les solutions

Préférez les aliments complets, non transformés, riches en fibres solubles et à indice glycémique bas : pain de seigle ou multi-grains au levain, légumineuses, patate douce…

Ne lésinez pas trop sur les protéines et diminuez l’apport glucidique.

Évitez le sucre, même le miel, ainsi que les pâtisseries et autres cookies.

 

Lire aussi : Impact des Hormones sur la Perte de Poids

 

2. La Fatigue Après un Déjeuner trop Lourd

 

Savez-vous que la digestion est très énergivore ? Mastiquer, déglutir, transformer, distribuer, éliminer… Un vrai pentathlon qui mobilise 10% de notre énergie. Plus le repas est riche et/ou copieux, plus la digestion est longue et nous fatigue.

Cela vous rappelle certains déjeuners de famille, peut-être ?

 

Modérez les quantités et l’apport calorique, quitte à faire une collation légère dans l’après-midi pour recharger les batteries énergétiques et tenir jusqu’au dîner.

 

3. Les Intolérances Alimentaires

 

Certains aliments nous conviennent moins que d’autres. Bien que non-allergiques, nous y sommes plus sensibles. Outre qu’ils occasionnent des troubles digestifs, ils s’accompagnent souvent de symptôme satellites comme des problème de peau, des douleurs articulaires ou… eh oui, de la fatigue.

Parmi les intolérances alimentaires les plus fréquentes, on trouve le gluten, les œufs, le lait de vache, le soja, le sucre. À termes, on peut développer une hyperperméabilité intestinale, compromettant ainsi l’étanchéité de la paroi des intestins. Les molécules toxiques se font donc un plaisir de « passer de l’autre côté » dans le système sanguin et lymphatique. On associe de nombreuses pathologies à ce « leaky gut syndrome » : prise importante de poids, allergies, inflammation chronique, maladies auto-immunes…

 

La solution

Inutile a priori de tout éliminer par simple précaution. Mais si vous avez des doutes ou ne pouvez expliquer certains symptômes, pratiquez une éviction sélective et observez les changements dans les deux à trois jours qui suivent.

Si vous éliminez définitivement un coupable pensez à remplacer par des alternatives pour éviter les carences alimentaires.

 

4. Foie Fatigué Impose Sieste après Déjeuner

 

Le foie est une des principales sources d’énergie, une véritable usine au « peps » nécessaire pour… à peu près tout faire : respirer, penser, bouger.

Un des communs dysfonctionnements du foie tient au fait qu’il soit surchargé, sur-sollicité, stéatosé (on parle alors de foie gras). Quand c’est le cas, on ressent une grande fatigue générale, en particulier après le repas.

 

Les solutions

Avoir la foi en la capacité de nos organes à se régénérer c’est bien, mais leur donner un coup de pouce, c’est mieux.

Mettez votre foie au repos en éliminant l’alcool et les toxines comme les aliments industriels et les sucres, mais aussi les fruits et légumes hautement chargés en pesticides et fongicides notamment les fraises, les épinards, les pêches, les pommes, les tomates, les pommes de terre. Achetez ces produits en bio aussi souvent que possible.

Le foie aime aussi être réveillé le matin. Un jus de citron avec de l’eau tiède ou à température ambiante entraîne un processus de détox à ne pas négliger.

Le choix des aliments a une grande influence sur notre santé et notre poids, mais c’est vrai également de notre mode de vie en général. S’aérer suffisamment (pourquoi pas une courte promenade digestive), bouger régulièrement dans la journée, s’assurer de bonnes nuits de sommeil. Tout cela contribue à un meilleur métabolisme et une meilleure digestion.

Et si vraiment vous avez envie de dormir après le déjeuner, ne prenez pas de risque alors que votre vigilance est moindre. Une sieste d’une vingtaine de minutes peut relancer la machine et vous éviter le crash du soir.

 

Minceur et Harmonie propose un programme holistique de la perte de poids, accompagné d’un réel coaching nutritionnel.

Bilan Minceur Gratuit

Leave a Reply

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial