Pour ou Contre le Jeûne Intermittent ?

jeûne intermittent, bienfaits et dangers

Pratiqué depuis des millénaires dans le cadre spécifique de religions et rituels, ou par nécessité (quand chasse et cueillette ne produisaient pas d’abondance), le jeûne intermittent prend le devant de la scène et se démocratise. Il est depuis quelques temps largement décrit, vanté, et qualifié par beaucoup de méthode efficace pour perdre du poids, parmi d’autres bienfaits physiques.

Qu’en est-il exactement ? Dans quelle mesure jeûner peut avoir des bénéfices durables sur le poids et la santé ? Est-ce que tout le monde peut le pratiquer ?

Les Bases du Jeûne Intermittent

Jeûner, par définition, signifie se priver de nourriture (et parfois de boisson) pendant une période plus ou moins longue. Sorti du contexte religieux, les « règles » du jeûne intermittent moderne (également appelé fasting ou jeûne cyclique) varient.

Le jeûne en alternance

Il consiste à se nourrir tous les deux jours. En jour de diète, on ne mange rien ou très peu (500 calories environ). En jour off, on mange normalement.

La diète du guerrier

Inspirée de la façon dont les guerriers s’alimentaient (très peu dans la journée et festin le soir), ce type de jeûne implique ne manger que des fruits et légumes le jour et un large repas le soir.

Le jeûne 16/8

Pas d’alimentation pendant 16 heures par jour, chaque jour. Les 8 heures restantes sont réservées aux repas. La plus simple façon d’appliquer cette méthode est de ne rien avaler après dîner et de sauter le petit-déjeuner du jour suivant.

Manger-jeûner-manger

On alterne une diète de 24 heures, une journée sans nourriture après dîner jusqu’au dîner suivant. Les autres jours, on se nourrit normalement.

La diète 5:2

On mange comme d’habitude 5 jours de la semaine et on restreint l’apport calorique les deux autres jours (entre 500 et 600 calories)

Voici les bases et types de jeûne intermittent. Dès la première lecture, vous comprenez que jouer sur les cycles ainsi n’est pas à entreprendre à la légère. La condition la plus importante à respecter est de manger sain et équilibré quand on est off, afin d’assurer au corps l’apport nécessaire en nutriments essentiels.

Et les règles absolues, si vous contemplez de pratiquer une de ces méthodes, sont de le faire après avoir consulté un médecin, de vous assurer le coaching d’un professionnel (nutritionniste-diététicien par exemple), et de ne pas prolonger le programme.

 

Les Principaux Bienfaits du Jeûne Intermittent

Si l’on considère cette pratique comme une détox express, certains bienfaits sont réels et se manifestent rapidement.

Perte de poids

En activant la nécessité de brûler de la graisse de réserve pour pallier au manque de nourriture. Le corps commence par puiser dans le glycogène pour compenser le non-apport de glucose. Une fois les stocks épuisés, c’est la graisse qui devient source potentielle d’énergie.

 

Régulation glycémique

L’insuline transporte le glucose hors du sang pour le distribuer aux cellules. En limitant l’apport de sucres en période de jeûne, les taux seraient régulés, permettant d’éviter l’hypoglycémie et l’hyperglycémie (les coups de pompe et les rushes.)

Une étude du Journal du Diabète et Troubles Métaboliques montre une diminution de 12% du taux de sucre dans le sang, et de 53% du niveau d’insuline.

Meilleure santé du cerveau

Jeûner permettrait de stimuler les fonctions cognitives, d’améliorer la mémoire et les facultés de concentration. On l’observe chez les grands mystiques, mais les études scientifiques sont encore trop peu nombreuses pour directement lier la privation alimentaire à la prévention des maladies neurodégénératives.

Diminution des inflammations

Le jeûne séquentiel permet en quelque sorte de rebooter le système en éliminant les déchets toxiques de l’organisme. Cette activité détoxifiante permet la régénération des cellules et réduit l’inflammation chronique.

 

Quels Sont les Risques du Jeûne ?

En premier lieu, le jeûne intermittent n’est pas un programme de perte de poids. Si c’est votre objectif, vous priver pendant des périodes plus ou moins longues ne fera pas mieux que tous les régimes, à savoir l’effet yoyo.

Si on ne se prépare pas au jeûne, il y a de fortes chances de succomber quand on a le « droit » de manger. On mangera plus, ou plus riche pour compenser.

Sans suivi médical ou professionnel, se priver de nourriture, même provisoirement, peut mener à de sévères carences alimentaires.

D’autres effets de cette restriction calorique cyclique incluent la fonte des muscles, une fatigue accrue, de l’irritabilité, déshydratation, somnolence et un important déséquilibre métabolique si elle est suivie de façon prolongée.

Si toutefois vous souhaitez tenter de vous affamer 16 ou 24 heures, il est nécessaire que votre régime alimentaire soit parfaitement équilibré aux périodes des repas. Cela implique de changer vos habitudes si vous avez tendance à manger ce qui vous tombe sous la main, si vous consommez beaucoup de sucre et de calories vides.

 

Quelles Personnes Doivent Éviter le Jeûne Intermittent ?

À éviter absolument pour

  • Les femmes enceintes ou qui allaitent
  • Les personnes sujettes à l’hypoglycémie
  • Les personnes qui souffrent de troubles de l’alimentation (boulimie, anorexie)
  • Les malades en général
  • Les personnes (femmes en particulier) qui souffrent de déséquilibres hormonaux
  • Les adolescents
  • Les athlètes et grands sportifs

 

Le jeûne intermittent a quelques atouts dans sa besace s’il est observé très occasionnellement. Plutôt que de céder à une mode qui fera long feu, il est préférable d’écouter son corps, de le nourrir quand il a faim, et de lui fournir les conditions idéales pour la santé physique et émotionnelle : des aliments nutritifs, de l’activité physique, des activités relaxantes, et du plaisir.

Laisser un commentaire